Translate

samedi 18 janvier 2014

Deux années de formation ... heu non : formatage.

Outre les matières dites classiques (math, français, sciences, etc...), l'enseignement de la maroquinerie est très concentré sur la semaine.
Une grosse partie est réservée au travail en entreprise, les organigrammes, la raison d'être de l'entreprise, les méthodes de calcul de rentabilité, etc...
Une façon de nous faire comprendre et accepter notre futur statut d'ouvrier/ouvrière dans les grandes boites.


Aucune surprise pour vous... ça me fais littéralement ch... .
Néanmoins avec le recul certains cours ont été primordiaux et encore utiles aujourd'hui (la conception et réalisation de patron, la couture sellier), mais c'est peu en regard de deux années d'études.


Toujours dans l'esprit de service à l'entreprise, on nous apprends à lire et décoder les nomenclatures, cahiers des charges et dessins industriels (ci-dessus).
Je tiens deux ans grâce à mon envie d'artisanat, à l'ambiance franchement détendue et funny de la classe (Wilfried, si tu me lis ... "Dame Lotte tu es mon fils" sur ce, il s'élance et fini sur le ventre aux pieds de Madame Lotte, après une glissade de plusieurs mètre !) et au fait que je suis majeure et que je peux me faire mes propres mots d'excuses lorsque je suis absente !!! Vicieux, isn't it ?

Exemples d'objets cousus à la machines.

Attention à l'époque on utilisait des "jetables", les APN numériques n'existaient pas !!!


Les objets cousus main étaient rares et réservé aux choses simples, comme les portes clefs, étuis laguioles ou étuis à zippo.


La meilleurs chose que je n'oublierai jamais pendant ces deux années : les amitiés forgées, les fous rires, et la joie d'être ensemble à faire les imbéciles.
Tous mes patrons scolaires seront bientôt à votre disposition. Il me plais de transmettre.